Doit-on encore utiliser un contraceptif pendant la ménopause ?

La ménopause est le moment des dernières menstruations : pour pouvoir parler de « ménopause », vous ne devez pas avoir eu vos règles pendant 12 mois.
C’est donc seulement après 12 mois qu’il est possible de déterminer le moment de la ménopause.
En soi, la ménopause est donc un moment fixe, les années qui y mènent s’appellent la périménopause, une période de transition.
L’âge moyen auquel une femme est ménopausée est de 51 à 52 ans, mais toute ménopause survenant entre 45 et 55 ans est considérée comme « normale ».

Si vous prenez une pilule contraceptive, votre cycle est artificiel et vous pouvez par exemple déjà être ménopausée sans le savoir. À un certain âge (50 à 51 ans), il est dès lors recommandé d’arrêter la pilule et d’observer comment le corps réagit.
Si vous n’êtes pas réglée pendant au moins 12 mois consécutifs, cela signifie que vous êtes bel et bien ménopausée.
Si vous avez toujours des règles, mais de manière irrégulière, cela peut indiquer que vous êtes en périménopause (= la période précédant la ménopause).

Une prise de sang peut confirmer si vous êtes ou non ménopausée

Si vous voulez savoir avec certitude si vous êtes ménopausée et que vous avez arrêté la pilule, mieux vaut attendre 2 cycles avant d’effectuer une prise de sang. Cette analyse vérifie votre taux de FSH (hormone folliculo-stimulante), de LH (hormone lutéinisante) et détermine votre taux d’œstrogènes.

Si vous prenez toujours des hormones au moment de ce test (par ex. la pilule contraceptive), les résultats de la prise de sang pourraient être faussés. À l’aide de ces résultats, le médecin peut alors savoir dans quelle phase de la transition vers la ménopause vous vous trouvez.

Dois-je continuer à prendre la pilule pendant la ménopause ?

La réponse à cette question si vous êtes effectivement ménopausée est clairement « non ». Il n’y a plus d’activité dans les ovaires et, en principe, vous ne pouvez plus avoir d’enfants. La pilule n’a donc plus aucune utilité.

Si toutefois vos ovaires sont toujours actifs, parce que vous êtes encore réglée de temps en temps (périménopause), alors vous êtes toujours fertile et il faut veiller à éviter toute grossesse non désirée. Le risque d’une grossesse spontanée à partir d’un certain âge est faible, mais il existe.

Est-il dangereux de continuer à prendre la pilule contraceptive pendant la ménopause ?

En dehors du fait que vous prenez une dose élevée d’hormones alors que cela ne se justifie peut-être plus (s’il n’y a plus d’ovules, vous n’êtes plus fertile), il existe un risque légèrement accru, si vous prenez des hormones pendant (plus) longtemps, d’éventuellement développer un cancer du sein ou de l’utérus.

Il est toujours judicieux de consulter votre médecin traitant. Ainsi, vous pouvez décider avec celui-ci de la meilleure approche pour vos besoins. De cette manière, votre médecin traitant reste informé de votre état de santé général et des médicaments et/ou compléments alimentaires que vous prenez ou souhaiteriez prendre.

Optez pour une solution naturelle et sûre sans effet hormonal

La sécurité est votre priorité absolue ou vous cherchez une solution sans mécanisme d’action hormonal ? Choisissez Sérélys® (interlink naar pagina Sérélys). Un complément alimentaire naturel composé d’extraits purifiés et standardisés de pollen pour lutter contre les symptômes, tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et l’irritabilité, associés à la ménopause. Bien qu’il s’agisse d’extraits de grains de pollen, Sérélys® peut être utilisé chez les femmes allergiques au pollen ou qui souffrent du rhume des foins.

Contrairement au THS (traitement hormonal substitutif), Sérélys® peut également être utilisé chez les femmes qui ont (eu) un cancer du sein ou présentent un risque accru d’en développer un. Sérélys® ne contient pas de phytoœstrogène ni d’actée à grappes noires (qui s’accompagnent d’un risque d’atteinte du foie)1 et ne contient pas non plus de lactose ni de gluten.

1) Source : http://www.cbip.be/fr/articles/query?number=F41N10D (« Le mécanisme d’action de cette préparation n’est pas connu, et les quelques études disponibles n’ont apporté que des preuves limitées d’efficacité. Des cas d’hépatotoxicité sévère (y compris des hépatites graves) ont été rapportés, et un avertissement à ce sujet avait déjà été émis par l’EMA en 2006 »).